6’39″ dans l’espace de travail – Vase communicant avec @anaN2B – #vasescommunicants #vasesco


C’est avec grand plaisir que j’accueille ici-même Ana NB pour ces vases communicants de décembre.

Sincère merci à Ana pour son accueil chaleureux et pour cette proposition d’écriture autour du thème « Instants infinitésimaux ».

Allez lire et relire ses effacements, allez vous perdre dans Le jardin sauvage,  et redécouvrir ses contributions à la superbe revue D’ici Là.

Merci à Brigitte Célérier, qui regroupe vaillamment et avec tant de patience et de gentillesse  l’ensemble des échanges du mois sur son site dédié.

————————————————————————————-

« Le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. » Vases Communicants

———————————————————————————

6’ 39’’dans l’espace de travail

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre – quelqu’un doit venir

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre – dehors loin de l’autre côté du trottoir – une femme tire par la main un enfant – le vent passe dans les boucles noires de la femme  dans les boucles noires de l’enfant – l’enfant s’arrête devant le mur de briques – une femme est assise – elle pince avec le pouce et l’index une mèche puis une autre mèche puis une autre mèche puis une autre mèche – je vois la bande de lumière au centre de l’espace

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre – dehors trois hommes fument- le ciel blanc comme de la craie – une femme entre – elle porte dans les bras un chien – elle dit au chien on va attendre là – on mesure toute l’importance de l’hexis corporelle en observant comment les hommes les femmes se conduisent se déplacent bougent s’assoient- je vois la bande de lumière couvrir le corps du chien – je vois le corps du chien prisonnier de la lumière

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre- un homme comme un géant assis à l’extrémité gauche de douze chaises – il porte une veste jaune une chaîne jaune dorée sur sa veste jaune – de  ses manches trop courtes ses mains pendent- je vois la bande de lumière s’enrouler sur ses poignets

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre – douze corps assis – trois corps debout-un journal de propagande  sur une table basse – redécouvrons l’émotion au travail redécouvrons l’autre moi dans le travail redécouvrons le plaisir dans le travail redécouvrons le travail dans le – je vois douze têtes baissées- je vois la bande de lumière onduler sur les épaules des hommes – je vois la bande de lumière onduler sur les épaules des femmes

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre – dehors une dépanneuse en action – un homme est assis au milieu de six chaises – une femme debout de dos – sa voix s’enfonce – c’est le premier jour je déteste le premier jour je suis un animal dans une cage de verre je teste les dernières avancées en matière de – je vois la bande de lumière sur le mur – je vois le visage de l’homme dans la bande de lumière

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre – dehors le tram passe comme un train fantôme – un homme buste coupé lit le journal de propagande – je suis un travailleur type j’ai un identifiant type j’ai un mot de passe type  j’ai un code rome type j’ai des compétences type j’ai un profil type – je suis un spécialiste de – je vois la bande de lumière se déplacer – je vois le sol se transformer – je vois le corps de la femme dans la bande de lumière

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre –  l’espace est vide – l’espace est nu – douze chaises une table basse  un journal de propagande une plante à la terre desséchée-  le soleil faible se colle aux vitres – je vois la bande de lumière transformer le sol

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre – on note que le cinéma joue parfois à multiplier les montages d’un matériau filmique – pour des raisons commerciales pour des raisons esthétiques – je vois la bande de lumière sur le sol – comme un reptile clair comme un corps patient comme un corps abandonné

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre  – play the first world  war  play the second world war play  the holy war  play the civil war  play to pull out of  play to die for a cause  play  killed in action  play to be decored for play the first world  war  play the second world war play  the holy war  play the civil war  play to pull out of  play to die for a cause  play  killed in action  play to be decored for play the first world  war  play the second world war play  the holy war  play the civil war  play to pull out of  play to die for a cause  play  killed in action  play to be decored for –  je vois la bande de lumière glisser sous la porte du bureau

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre – c’est un château non  – alors c’est quoi – c’est une fenêtre oui – c’est une fenêtre – l’étoile elle est où l’étoile

on entre dans l’espace de travail par une porte de verre – un vieil homme entre – le corps de sa langue entre – -je viens de Medina Sidonia – la bande de lumière ouvre tout l’espace

regarde  mire – comme tous les hommes – como todos los hombres – je suis invisible – soy invisible – écoute  ma peau sonore – escuche mi piel parlante

Texte : Ana NB

Advertisements

2 réflexions sur “6’39″ dans l’espace de travail – Vase communicant avec @anaN2B – #vasescommunicants #vasesco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s