« Double Exposure » par Maryse Hache et Tina Kazakhishvili


Double Exposure Cover

Il y a des livres dont on a du mal à parler.

Des livres qui vous sont chers.

Précieux.

Des livres vous apportant amitié, partage et la certitude d’avoir fait le bon choix, auxquels on a été incroyablement chanceux de participer.

Double Exposure fait partie de ceux-là.

Il y a de cela deux ans, j’ai proposé à Maryse Hache d’écrire à côté/avec/sur les photos de Tina Kazakhishvili dans le cadre de la collection photo « Horizons », dont je m’occupe sur Publie.net.

Je lui ai proposé deux séries photographiques que Tina m’avait envoyées, deux séries magnifiques de photographies Noir et Blanc dont Tina a le secret.

Maryse a tout de suite été enthousiasmée par les deux projets.

Les livres se sont créés, peu à peu, sous la plume sensible de Maryse, avec les images profondes de Tina. Après quelques mois d’échanges, Double Exposure n’était pas tout à fait fini. Il manquait quelque chose, nous le présentions, sans trop savoir quoi. Maryse attendait. Puis elle m’a envoyé la version définitive, avec l’ajout de ces merveilleux titres botaniques au-dessus des poèmes en vers justifiés et il m’est apparu comme une évidence qu’elle avait insufflé la précieuse étincelle qui donnait corps au projet.

Ainsi, Double Exposure est né.

Maryse nous a quittés il y a un peu plus d’un an maintenant.

Je ne l’ai jamais rencontrée que virtuellement mais nous avons appris à nous connaître sur Twitter et par mail, avons échangé sur nos blogs respectifs textes photos et collages, laissant une vraie amitié artistique se tisser à travers nos collaborations.

Longtemps, il m’a été impossible ne serait-ce que de parler d’elle. Sensation de ne pas en avoir le droit. Comment même oser y penser face à la douleur de ceux qui l’ont aimé et qui ont tant souffert de sa disparition.

Tout au long de nos échanges durant les quelques mois de préparation de nos livres, Maryse me demandait quand je souhaitais que Double Exposure et Asile soient terminés. À chaque fois, je lui répondais que nous avions le temps, peu m’importait la durée du moment qu’elle soit heureuse et satisfaite du résultat. À aucun moment je n’ai su que la maladie gagnait du terrain, su même qu’elle était gravement malade. Nous avons échangé sur tant de sujets divers et variés et jamais je n’ai su, avant de découvrir, trop tard, qu’elle s’en était allée.

Quelques semaines auparavant Maryse m’avait envoyé la version définitive du livre que je vous présente aujourd’hui.

Avec mes modestes mots et ma maladresse, je voulais vous raconter un petit bout de chemin que nous avons parcouru ensemble lors de la création d’Asile et Double Exposure, vous parler de la justesse de Maryse, cette magnifique façon qu’elle avait de toujours aller au cœur, droit au cœur, là où ça palpite, là où ça danse, là où on se laisse emporter, tous nos sens étourdis.

C’est un privilège d’avoir travaillé avec elle.

Privilège, également, de vous présenter au sein de la collection Horizons ces deux beaux ouvrages issus de l’alchimie entre deux artistes de talent que j’admire profondément : Tina et Maryse.

Alors, n’hésitez pas à lire et relire Maryse Hache sur son blog Semenoir qui restera en ligne.

N’hésitez pas à vous promener dans l’univers photographique de Tina Kazakhishvili.

Leur première collaboration, Asile, est disponible également sur Publie.net.

Vous trouverez ci-dessous des extraits de Double Exposure et le texte de présentation du livre.

______________

PS : Un dernier petit message pour remercier chaleureusement une amie précieuse. Merci Isabelle. Merci infiniment.

______________

DoubleExposure-01

DoubleExposure-02

              _____________________________________________________________

DESCRIPTION :

Double Exposure est né de la rencontre de Maryse Hache de Tina Kazakhishvili.

La force des images de Tina Kazakhishvili.

Il y a la profondeur des regards captés par la photographe. Regards lointains, perdus se dérobant à notre approche. Ou parfois regards intenses, immenses déployant leurs pensées pour mieux capter les nôtres. Tant d’émotions furtives, fragiles affleurent des noirs denses et des gris changeants. Richesse de ces expositions multiples, où les visages se dédoublent, se répondent et s’entrecroisent. Où la peau nue se pare de végétal, devient elle-même végétale, où les corps s’effacent lentement sous les reflets denses des lieux qui les accueillent. Multiplicité de l’instant, de ces sensations imprégnant la pellicule et pourtant libres de se déployer et de rayonner.

La délicatesse des textes de Maryse.

Il y a sa musique, mouvante et généreuse. Son écoute. Attentive.

Il y a ses poèmes-fleurs, posés contre les photographies de Tina, posés tout contre, en vers justifiés comme si elle ne souhaitait pas prendre trop de place, laissant les images se déployer. C’est à nous de nous pencher, près, si près, pour en apprécier le parfum délicat, la vivacité des couleurs, la finesse de chaque nervure, pour nous laisser submerger par la texture si particulière et vivante de ses phrases. À nous d’approcher pour admirer la richesse des mondes qu’elle déploie et qui s’accordent merveilleusement aux photographies de Tina.

Il y a dans cet ouvrage une alchimie précieuse et délicate. Textes et photographies se mêlent et résonnent d’un même cœur.

Double Exposure est un livre foisonnant que l’on traverse émerveillé. On s’y laisse guider avec bonheur et abandon, s’imprégnant de la sensibilité vive des deux auteurs.

Louise Imagine

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s